Géographie 2.0

Archives 2009

lundi 14 décembre 2009

L’information géo-référencée appelle-t-elle un cadre éthique spécifique ? Le SIG, un outil pour la maîtrise de notre avenir

CENTRE D’ALEMBERT

Dans le cadre de la série de séminaires autour du thème « Le concept d’information« , la prochaine séance , portant sur la GÉOGRAPHIE, aura lieu le

mercredi 16 décembre 2009

à Orsay, Bâtiment 338 (Bâtiment des Colloques)

Salle 103 – 1er étage gauche

http://h0.web.u-psud.fr/plan_sciences/

de 13h30 à 15h30

—Entrée libre

L’information géo-référencée appelle-t-elle un cadre éthique spécifique ? Etudes de cas canadienne, nigérienne et réflexion prospective

Intervenant :

Jean-Paul VERLINDEN, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin,

membre de l’équipe IACA du Centre d’économie et d’éthique pour l’environnement et le développement

L’utilisation de bases de données géo-référencées (systèmes d’information géographique, SIG), déployées notamment à des fins de gestion environnementale soulève des questions au coeur desquelles l’éthique semble être appelée à jouer une place prépondérante.  En effet, l’accent trop fréquemment placé sur la nature purement technique du rôle des SIG dans la prise de décision est actuellement remis en cause.  Ce questionnement repose notamment sur des questions traditionnelles d’éthique de l’information (respect de la vie privée, surveillance, dérive de l’utilisation, instrumentalisation à des fins politiques à caractère totalitaire…) ainsi que sur des questions propres à la dimension spatiale des données en question (redéfinition de l’espace en tant que lieu d’action, articulation de la comodification de l’espace et de son traitement symbolique, éthique du lieu de vie et de la notion de communauté liée par l’espace de vie…).

Nous explorerons ces différents concepts à travers (1) l’analyse de la littérature existante sur les implications éthiques de l’utilisation des SIG, (2) l’analyse d’une étude de cas associée à la question de la gestion des terres de parcours au Niger et (3) l’analyse d’une étude de cas liée à la maîtrise des risques côtiers au Canada.

Nous présenterons ensuite une réflexion prospective portant sur la nature des interactions entre les concepts associés aux SIG et le concept de communauté.  Cette réflexion s’articulera autour de l’analyse (1) de la nature des imaginaires associés aux communautés expertes et non expertes en matière de SIG, (2) de la nature de l’enchevêtrement dynamique entre l’éthique du lieu de vie et les notions d’expertise en matière de traitement de l’espace et (3) des pré conditions pour que la mise en oeuvre des SIG demeure en adéquation avec les conditions culturelles et locales prévalant lors de cette mise en oeuvre.

> Le SIG, un outil pour la maîtrise de notre avenir

Intervenant :

Gilles DAWIDOWICZ, géographe – Resp. du pôle Transports ESRI France.

Notre monde change et il change vite, notamment sous l’influence de la croissance démographique. Nos actions anthropiques passées et présentes, laissent plus que jamais leurs empreintes sur notre planète. Et ceci de manière durable. Elles impactent la biodiversité, les ressources naturelles, le climat, l’énergie, l’économie voire même la sécurité de la biodiversité. Or la technologie aujourd’hui disponible permet non seulement de mesurer ces empreintes à la surface du globe, mais aussi d’évaluer, de modéliser, de simuler plus ou moins finement les conséquences de nos actions ou de nos non-actions.

Quelles qu’elles soient et où qu’elles soient, nos activités sont (ou peuvent être) maintenant sous monitoring !

Animateurs de la séance :

Beate ORBERGER & Florent BARBECOT, Interactions et Dynamique des Environnements de Surface,  Orsay

Le Centre d’Alembert vous remercie de l’intérêt que vous portez à ses activités.

=========================================================

CENTRE D’ALEMBERT

(Centre Interdisciplinaire d’Etude de l’Evolution des Idées, des Sciences et des Techniques)

Bâtiment 407 – 91 405  ORSAY Cedex

Tél. : 01.69.15.61.90 – Fax : 01.69.15.43.98

Courriel : centre.dalembert@u-psud.fr

http://www.centre-dalembert.u-psud.fr

Publié par Jérémie à l’adresse 02:22 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Conférence, Cyberespace, Education, Géolocalisation, Modélisation, Web

GeoInTalk 2010

GeoInWeb a annoncé vendredi dernier la création d’un évènement voulant réunir, lors d’une journée, ses lecteurs. Ce GeoInTalk, qui s’annonce comme une conférence autour des domaines de la géolocalisation aura lieu le 1 février 2010 Espace Kiron à Paris. On ne peut que souligner et encourager cette initiative et nous espérons sincèrement avoir la possibilité d’être sur place afin de rencontrer en chair et en os les acteurs francophones des médias géolocalisés, cartographes amateurs et autres nouveaux géographes….

Cette conférence s’adresse aux acteurs et utilisateurs qui touchent de près ou de loin au monde de la géolocalisation : acteurs du marché, sociétés ou start-up ayant une composante cartographique, développeurs passionnés, product managers, etc…
La conférence sera rythmée par des sessions de 10 à 15 minutes, où des intervenants présenteront des innovations et/ou des technologies dans les domaines qui nous sont chers. Nous voulons vous proposer une conférence à l’image de GeoInWeb :  riche en contenu, innovante et geek!
Ensuite le cocktail sera l’occasion de mélanger les saveurs et de permettre aux communautés présentes de se rencontrer et d’échanger. Ambiance informelle exigée!

Les thèmes  abordés seront les suivants :

  • Location Based Services
  • Données géographiques
  • Navigation GPS et mobilité
  • GeoWeb (API, Webmapping, etc.)

Source : GeoInWeb

Publié par Jérémie à l’adresse 02:01 0 commentaires

Libellés : API, Cartographie, Conférence, Géographie 2.0, Géolocalisation, Web

La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française

Voici l’enquête annuelle réalisée pour l’ARCEP et le CGIET par le CREDOC sur : La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française. Le document fait 220 pages et il est téléchargeable ici.

Ce rapport présente l’analyse des questions relatives à la diffusion, à l’usage et à l’image des nouvelles technologies en France. Ces questions ont été insérées par le CGIET et par l’ARCEP, dans la vague de juin 2009 de l’enquête du CREDOC sur les « Conditions de vie et les Aspirations des Français ». C’est la neuvième année de participation du CGIET à ce baromètre de la diffusion des nouvelles technologies, et la septième année pour l’ARCEP. Ce document se présente en quatre parties : la première concerne la téléphonie, fixe comme mobile ; la deuxième a trait à l’ordinateur et à Internet ; la troisième s’intéresse aux différents modes d’accès à la télévision. La dernière partie fait le point sur les inégalités de diffusion des TIC (le fossé numérique) et sur la complémentarité existant entre les différents équipements. Les annexes regroupent les questionnaires ainsi que des tableaux et graphiques complémentaires, notamment des tris croisés avec les descripteurs socio-démographiques.

Deux remarques méthodologiques s’imposent :

Les résultats sont issus de l’enquête de juin 2009, réalisée auprès de deux échantillons représentatifs, sélectionnés selon la méthode des quotas1 : le premier porte sur 2.008 personnes de 18 ans et plus, le second comporte 212 individus âgés de 12 à 17 ans. Les interviews se sont déroulées « en face à face », au domicile des personnes interrogées.

Rappelons que deux types de questionnaires ont été administrés : le premier à destination des individus âgés de 18 ans et plus ; le second visant exclusivement les 12-17 ans. Ces derniers n’étant pas majeurs, il était nécessaire d’obtenir le consentement de leurs parents avant de les interroger. Cela impliquait quelques aménagements particuliers dont le lecteur pourra prendre connaissance en annexe. Par ailleurs, pour chaque question, nous avons indiqué quel était l’organisme financeur (CGIET, ARCEP ou CREDOC). L’ensemble des résultats présentés ici sont des résultats redressés, représentatifs des populations enquêtées.

Source : OTeN

Publié par Jérémie à l’adresse 01:45 0 commentaires

Libellés : Web

mardi 8 décembre 2009

Goggles : Réalité augmentée made in Google

Google vient de lancer son propre service de réalité augmentée : Goggles. Il ne s’agit pas d’une application type Layar ou Wikitude, mais tout simple d’un service de reconnaissance d’image. Disponible sur Android, cette application est donc capable de reconnaitre un bâtiment, la couverture d’un livre ou encore d’extraire les informations d’une carte de visite. La puissance du web (web²) au service d’une consommation augmentée de l’espace.

Par conte rien sur la reconnaissance des personnes ! A quand un système capable d’afficher le profil Facebook d’un individu pris en photo dans la rue !

Comme d’habitude on vous laisse découvrir le tout en vidéo.

Source : La réalité augmentée

Publié par Jérémie à l’adresse 01:49 0 commentaires

Libellés : appropriation, Cyberespace, Outil, Photo, Réalité Augmentée, ubiquité, Visualisation, Web

vendredi 4 décembre 2009

Retour sur : Les rencontres de l’éducation aux images

Hier nous modérions et introduisions une table ronde intitulée : La construction de nouveaux territoires dans les mondes virtuels.

Les représentations du réel dans les mondes virtuels tels que les construisent les
jeux vidéo ou les installations numériques, et les pratiques développées par les
jeunes pour explorer ces nouveaux territoires.

Intervenants :

Etienne Armand Amato, enseignant-chercheur, membre de l’Observatoire
des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH) – (intervention en visioconférence).
Laurent Michaud, responsable de la division électronique grand public et loisirs numériques,
Institut de l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe (IDATE).
– Romain Senatore et Quentin Destieu, Collectif Dardex, créateurs d’installations numériques.
Modérateur : Jérémie Valentin, géographe, membre de l’OMNSH.

Voici notre présentation :

La construction de nouveaux territoires dans les mondes virtuels

View more presentations from jeremie34.

Publié par Jérémie à l’adresse 02:50 0 commentaires

Libellés : appropriation, Cartographie, Conférence, Cyberespace, Education, Google Earth, Google Maps, GPS, Jeu vidéo, Mobilité, Monde virtuel, Réalité Augmentée, Web

Layar 3.0 et Google Street View France

Layar l’une des premières applications de réalité augmentée vient d’annoncer le lancement de la version 3.0. Principale nouveauté le système peut désormais afficher des objets en 3D.

Parallèlement Google Street View s’étend à de nouveaux espaces en France. Comme le souligne GeoInWeb il reste des zones non couvertes mais le travail accompli en un an est impressionnant.

Source : Layar et GeoInWeb

Publié par Jérémie à l’adresse 02:24 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Réalité Augmentée, Street View, Visualisation

mardi 24 novembre 2009

Florence : comparaison de plusieurs de ses représentations virtuelles

Depuis quelques jours, je parcours, sautant de toit en toit, les rues de Florence au XVe siècle. Cette balade virtuelle m’a inspiré un petit exercice de comparaison entre les différentes représentations virtuelles de la ville de Florence. On a opté pour trois types de représentation : un jeu vidéo, un globe virtuel et un assemblage photographique.

On a donc le jeu vidéo : Assassin’s Creed II (PS3), un globe virtuel : Google Earth et une solution web d’assemblage photo : Photosynth.

La comparaison se fera sur deux lieux symboliques de la ville de Florence : la cathédrale Santa Maria del Fiore et le Palazzo Vecchio, actuel hôtel de ville.

Cet exercice reste tout à fait exploratoire, il est en effet difficile de comparer trois modes de représentation dont les objectifs diffèrent radicalement.

En effet, pour le globe virtuel, l’exactitude géographique de l’emplacement des édifices primera sur leur modélisation. La représentation 3D est intégrée aux images satellites et aériennes. Tandis que, pour l’assemblage photo le bâtiment prime malgré la présence d’une mini carte et d’un lien vers Bing Maps). Pendant que l’espace vidéo ludique cherchera simplement à simuler l’espace, voire un territoire à une époque donnée, pour faciliter l’immersion du joueur dans un univers narratif.

Pour l’espace vidéo ludique, on ne peut que s’incliner devant le travail accompli par les développeurs du titre. La modélisation est remarquable et rend l’immersion bluffante. Cependant la justesse historique et géographique des représentations n’est pas parfaite. Par exemple, la capture d’écran de la Cathédrale santa Maria est sensée être représentative de l’année 1481. Elle montre pourtant un édifice encore en fin de construction. En réalité l’édifice fut consacré par l’Eglise le 25 mars de l’an 1436. Peut être s’agit-il d’une simple rénovation de l’édifice dont l’objectif est de simuler la vie de la cité ?

La représentation vidéo ludique fait par contre l’impasse sur le baptistère Saint-Jean-Baptiste (Face à la cathédrale) pourtant édifié au alentour du XIIe siècle dans sa forme octogonale (son origine est quant à elle estimée au Ier siècle).

Pour le Palazzo Vecchio pas de remarques d’ordres historiques. Le globe virtuel permet de le situer dans la ville et intègre divers liens hypertextes. L’espace vidéo ludique offre une représentation virtuelle de grande qualité, qu’on prend plaisir à escalader avec son avatar. Et l’assemblage photo permet lui d’explorer le bâtiment sous une multitude d’angles différents.

Enfin, il est intéressant de voir que la représentation vidéo ludique se joue des distances et des échelles et concentre les édifices florentins dans un espace bien plus réduit. Le Palazzo Vecchio apparaît alors juste derrière la cathédrale.

Néanmoins je vous invite à découvrir Florence à travers une expérience vidéo ludique qui rend hommage à l’espace qu’elle représente.

La prochaine étape : se rendre à Florence pour explorer de ses 5 sens la cité (sans assassiner les passants).

Google Earth

Photosynth

Assassin’s creed II (désolé pour la qualité des captures)

mardi 31 mars 2009

Cartographie des statuts twitter

Issu du laboratoire Chrome (Google) ce projet « smalltalk » cartographie en direct les statuts twitter relatif à la météo ! L’application extrait les mots ou groupes de mots exprimant un fait relatif au temps et les associe avec le lieu depuis lequel j’ai « twitté » cette information.

Twitter montre encore une fois sont extraordinaire pouvoir informationnel et géographique. Il s’était déjà fait remarquer en allant « plus vite » que l’AFP pour l’amerrissage de l’A320 dans l’Hudson en Janvier dernier ou l’incendie d’une tour voisine de la CCTV à Pékin.

Twitter est un des ces outils 2.0 qui peut transformer des milliers de micro-informations en une information géographique cartographiable à diverse échelles.

La carte en question

Merci à Baliz-média pour cet info.

Publié par Jérémie à l’adresse 01:20 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Géographie 2.0, Géolocalisation

vendredi 27 mars 2009

Apprentissage géographique et espaces virtuels

Toujours dans le cadre de l’AAG, Digital urban nous fait part des discussions se déroulant à Las Vegas. Aujourd’hui l’apprentissage géographique à travers les espaces virtuels.

Day 4 at the AAG and sitting in a session on Virtual Learning Environments and Geographic Education – its one of the best line ups of the conference so far.

First up is Michael N .DeMers of New Mexico State University with a talk entitled: Using Second Life to Augment an Online GIS Course..

The use of the virtual world called Second Life as a platform to enhance a traditional WebCT-based online GIS class is examined. Second Life provides an ability to enhance the social presence often lacking from typical discussion-based online classes. The ability of students to get together builds community and promotes collaboration.

More than just providing opportunities for traditional delivery methods like slides and discussions, Second Life provides a powerful set of 3-D building tools that allow tactile learners an ability to express their knowledge in ways that are difficult to reproduce outside of such an environment.

While some students find virtual worlds very difficult to negotiate others, particularly gamers adapt very quickly. For non-gamers the use of Second Life is best used to provide ways for students to get together for in-world discussions and study. Second Life then, when used properly, and with the student learning style kept in mind, provides something for every type of learner.

Michael makes the point that Second Life is not a game, it is a free form virtual world which takes time to create and build things. It also takes time to learn which creates the barriers that many put up upon first entry. He creates a ‘lab in a box’ using wrapped up course materials, directions, maps etc included in a box that can be rezzed. Finally Michael notes that the impact on the learning cycle is notable as it provides the students with the ability to visualize, for example ‘map projections’ in three dimensions – something that is not possible via text book. It also encourages active experimentation

A really well presented and interesting talk

Second up is Merril Johnson of the University of New Orleans talking about:

Virtual worlds such as Second Life are emerging as intriguing windows into the future of technology. According to the Gartner Group, 3-D Web will become mainstream in the next two-to-five years as Internet users construct 3-dimensional personas in new virtual geographies. Many of these geographies are being populated by residents with identities not at all like those in the real world, who come together in communities dedicated to the exploration and development of constructed identities. In other cases, residents create identities and communities that reflect and augment the real world. In either instance, opportunities become available for students interested in the study of places and their inhabitants. The purpose of this presentation is to examine identity creation in virtual worlds, focusing on Second Life; how this phenomenon affects the « cultural » geography of virtual worlds; and how this new geography can be put to the service of geographical education.
Third is L.Jesse Rouse and Susan J.Bergeron of West Virginia University with a talk on ‘Building and Experiencing Virtual Worlds.

Third up is L Jesse Rouse and Susan Bergeron – of West Virginia University, – also known as those nice people from Very Spatial, Jesse is presenting.

Technologies that drive videogames have been adopted to build educational tools from early 8-bit game platforms to today’s high-end 3D graphics laden game environments. While videogames have been both lauded as the next step in education and condemned as frivolous, it is hard to argue against the prevalence of videogames in the lives of students outside of the classroom (or hidden out of sight of the teacher). In addition, there is a perceived disconnect between traditional teaching methods and those students, referred to as digital natives, who have grown up with access to digital technologies. It is important to look beyond VLE use, to all of the impacts that videogames can have in the classroom.

Staff and students in the Laboratory for Geographic Information Science and the Department of Geology and Geography at West Virginia University are involved in an ongoing project constructing a virtual world based on historic Morgantown, WV. The project began as a way to demonstrate the integration of GIS and Serious Games. The project became a way to not only create a reconstruction of an early 1900s town, but also to involve upper level students in GIS and Urban Geography in the construction of 2D and 3D data and learning about the historic development of the town. In addition, Computer Science student participants are able to apply their programming skills within a domain area. The creation of the virtual world supports not only outreach and introductory classes, but also provides technical experience for upper level students.

We are moving from the traditional classroom into the new digital classroom based on new media, serious games and virtual worlds etc. He uses a good term ‘Edutainment’ – a way to keep students interested and focused above and beyond the usual ‘powerpoint’ presentation.

Realworld data can be presented via ArcScene linked to SketchUp, the work has created over 400 buildings in which point ArcScene ‘falls over’. As such they have moved from ArcScene to create a ‘Spatial Experience Engine’ based on the XNA framework with a move away from polygons to represent architectural details towards textures to speed up the framerate. Information is embedded via the Census within the 3D space allowing the students to connect, learn and experience geographical information within the virtual space.

Again a really interesting and very well presented talk, the use of Second Life, games etc is starting to make notable inroads into geography and teaching. The game engine will be made available online soon as its complete.

Finally up Nicholas Hedley of Simon Fraser University, Spatial Interface Research Lab/Department of Geography.

Nick has another nice term – a ‘Geospatial Metaverse’, noting that T
there has been a quantum leap in the capabilities of MMORPG’s creating new spaces for social interaction and simulation. These virtual worlds are beginning to cross into the real world with financial trading etc.

Nicks abstract is as follows:

Over the past decade, major advances in distributed virtual environment architectures have resulted in a new generation of interactive, low-latency shared virtual spaces accessible by users with modest and high-specification systems alike. Increasingly, reality and virtuality are woven into our everyday lives. In only five years, Second Life has become one of the most widely-used 3D virtual spaces for mainstream collaborative social computing, and is used by over 15 million people. There has also been a quantum leap in the capabilities of MMOGs and MMORPGs, allowing real-time collaborative interaction with complex and dynamic 3D virtual spaces with real-time physics – resulting in physically persistent virtual spaces.

Second Life and contemporary MMORPGs have created new spaces for social interaction, revealing exciting new possibilities for geographic exploration, learning, and collaboration. These environments may be virtual, but are a very real part of the lives of their user networks. They allow ever more seamless movement between real and virtual spaces. The boundary between the real and virtual in everyday spaces is quickly fading. Mixed reality interfaces take this to another level entirely, making it possible to create a virtually-enhanced 3D physical reality. This paper explores how the technologies of Second Life, serious games and mixed reality redefine the relationship between real and virtual spaces, and are evidence that a geospatial metaverse has emerged. Research examples by the author using each of these technologies will be used to demonstrate their potential in geographic education.

On show are some neat outputs using the CryEngine 2 –Virtual Ucluelet noting the ability to simply ‘paint’ geography within the game engine. Virtual environments are becoming part of peoples real lives and is this disconnecting us with the real geographic landscape. The level of work on show is notable, again really refreshing to see Crysis used for geography…

The talk ends with research examples of on-site Augmented Reality – Geospatial ‘XRay vision’, really excellent work.

A series of excellent talks, perhaps representing the cutting edge in geospatial visualization within the geography community. Our 3D Agent Based modeling work – ie 3D Max, Second Life, NetLogo etc work is this afternoon, presented by Andrew Crooks of gisagents.blogspot.com. The main session on Mapping for the Masses is tomorrow at 8am in the main conference centre.

We have also had the pleasure to record a podcast with Very Spatial, it should be online some point soon, it was great to meet and chat with the people behind it…

Source : Digital urban

Publié par Jérémie à l’adresse 06:05 0 commentaires

Libellés : Conférence, Cyberespace, Géographie 2.0

jeudi 26 mars 2009

Néogéographes versus paléogéographes

Dans le cadre de l’AAG, digital urbain nous fait remonter les échanges ayant eu lieu lors d’une table ronde intitulée : ‘Neogeographers meet Paleogeographers’

Le résultat est une discussion fort intéressante illustrant parfaitement le décalage d’usage des technologies entre les classiques et les nouveaux géographes. En effet la néogéographie n’est pas une mise à jour des SIG, mais une nouvelle manière de construire et de diffuser le savoir géographie, problématisant toute une série de questions sur la validité des productions amateurs et leurs apprentissages.

Day 3 at the AGG in Las Vegas, 10.00am and sitting in a panel session entitled ‘Neogeographers meet Paleogeographers’

The Panelists are:

Renee Sieber – McGill University
Martin Dodge – Manchester University (and former CASA)
Andrew Turner – FortiusOne
Sean Gorman – FortiusOne
André Skupin – San Diego State University

Session Description: The Geoweb has revolutionized digital cartography and GIScience. The revolutionaries are neogeographers. According to Turner (2006), « Neogeography is about people using and creating their own maps, on their own terms and by combining elements of an existing toolset ». Toolsets involve user-generated geospatial content (aka volunteered geographic information): geotagged Flickr photographs, Google Maps Mashups, Open Street maps, and loopt. It’s more than software or Internet apps, « The geoaware Web isn’t a product we buy; it’s an environment we colonize » (Udall 2005).

Neogeography is posited as antithetical to traditional geography. To neos, GIScience appears fixated on data accuracy, vetting and documentation. Critical GIS makes dire pronouncements for geospatial gadgetry. Neogeographers call for flexible and playful artistic engagement with place (a « dissident cartographic aesthetic », {Holmes 2006}). Birthed in wikipedia ideologies of egalitarianism and disdain for expertise, they believe in « radical openness » (Udall 2005). GIScience is seen as a closed (and, coincidentally, insufficiently computational) enterprise, relying on clubbiness and on proprietary software. With this characterization, can neo and paleo ever be reconciled?

The panelists come from both camps, consider four questions. 1. What is the landscape of neo and UGGC and what do they reveal about the Geoweb’s deeper socio-political implications? 2. What can each camp offer the other and what barriers impede communication? 3. What role does expertise hold in colonizing the Geoweb? 4. If neo is the current thing then what is post-neo? Panelists will seek linkages among paleo, neo, and geo.

Andy Turner notes that traditional geographers are finding it hard to keep up – Neogeography is simply about the user and about getting information online that is geotagged – ie outside the realm of traditional GIS. Of course, as Andrew Skupin, states a lot of geography is not GIS based in the first place so most geography is and always has been outside the realm of GIS. Andrew recommended the term ‘Naive geography’ over Neogeography. In some ways we see the term Naïve Geography as slightly patronizing to people who geo tag their photos, user Google Earth etc.

Martin is interestingly sitting on the bridge between the two – noting one of Martins students view that user generated content is ‘a bit rubbish’ – we would note that it is very early days and the spread of systems such a OpenStreet Map has been phenomenal in terms of time vs coverage. User generated content opens up the process of map making to the masses and not just a finished ‘product’ ala National Mapping Agencies.

Renee notes that traditional geographers has been dealing with the issues that Neogeographers are asking about for decades in the form of GIS. The difference is as Andy notes is that Neogeographers don’t need to sit through a semester of mapping projections etc to display, map and analyze their data. We would agree, the traditional GIS course is out of date, sure there is a place for it but if education is about preparing students for the future and the job market then perhaps a stronger emphasis on Web 2.0 toolkits is needed.

Perhaps the real problem is with ‘traditional geographers’ they are not generally out in the world communicating and sharing via blogs, forums, instead quietly publishing in journals etc. While there is nothing wrong with the traditional academic viewpoint, new tools are opening up the creation of data to the masses and with that there is a need for up to date knowledge via systems such as blogs.

Our view? Perhaps traditional geography is the rabbit in the head lights, the next five years are going to be very interesting in terms of geography, its traditions, its methods and techniques.

Source digital urban

Publié par Jérémie à l’adresse 02:36 0 commentaires

Libellés : Conférence, Cyberespace, Géographie 2.0

Présentation de Lift Marseille

Comme vous le savez peut être la conférence Lift sur le futur des usages technologiques, posera ses valises dans le sud de la France les 18-19-20 juin 2009 à Marseille.

Le programme :

Les 18, 19 juin et 20 juin, ils seront à Lift France, pour vous proposer les moyens de « faire votre futur vous-même » :

* Changer les objets : vers des objets intelligents, connectés, mais aussi personnalisables, transformables, évolutifs, recyclables… fabriqués autrement et ailleurs, pourquoi pas chez soi, ou dans un atelier de proximité.

* Changer l’innovation : vers une innovation continue et en réseau, issue tant des utilisateurs que des entrepreneurs, des chercheurs et des activistes… qui propose à chacun de devenir auteur de son quotidien et de son avenir.

* Changer la planète : vers un « design vert » qui réconcilie l’enjeu environnemental avec la croissance, le désir et le plaisir… et qui relie notre expérience quotidienne avec notre conscience partagée de l’environnement.

Présentation de LiftWithFing 09 à Marseille18-19-20 Juin
par videosfing

Publié par Jérémie à l’adresse 02:26 0 commentaires

Libellés : Conférence, Cyberespace

mardi 24 mars 2009

Cartographie des centres de recherche en jeu vidéo

Merci Olivier de Game in Society pour l’info.

View Larger Map

Publié par Jérémie à l’adresse 06:21 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Google Maps, Jeu vidéo

vendredi 20 mars 2009

La news Cities XL

Cities XL se montre en deux vidéos expliquant quelque peu le game play de ce builder d’espace géographique très attendu mais dont on sait pas grand chose.

Source : Factornews

Publié par Jérémie à l’adresse 02:22 0 commentaires

Libellés : Jeu vidéo, Monde virtuel

jeudi 19 mars 2009

Mise à jour de Google Street View

L’Angleterre, les Pays Bas et la France sont les 3 pays concernés par cette mise à jour, en France une trentaine de ville sont désormais explorable avec Street View.Cependant la totalité des rues ne sont pas représentées dans chacune des villes.

Pour la France :
Calais, Dunkerque, Lens, Valenciennes, Amiens, Caen, Le Havre, Rouen, Reims, Strasbourg, Brest, Rennes, Saint-Malo, Nantes, Angers, Poitiers, Troyes, Strasbourg, Dijon, Limoges, Clermont-Ferrand, Saint-Étienne, Grenoble, Valence, Albi, Toulouse, Nîmes, Montpellier, Aix-en-Provence, Nice, Marseille, Toulon et Pau.

Agrandir le plan

Source GeoInWeb Zorgloob

Publié par Jérémie à l’adresse 03:18 0 commentaires

Libellés : Google Maps, Street View

mardi 17 mars 2009

De la néogéographie à l’AAG meeting

Du 22 au 27 mars 2009 se tiendra à Las Vegas le colloque annuel de l’Association of American Geographers avec une dernière journée consacré à la néogéographie.

C’est avec un peu de déception que nous présentons cet événement, en effet notre proposition (toward a geography 2.0) avait été retenue, mais pour des raisons de financement et de calendrier il nous est impossible d’aller à Las Vegas. Cependant le programme est très alléchant et espérons pouvoir suivre à distance les débats.

* Verity Vlodovic (University of Nottingham) « Making your mind up: Second Life bucks the trend as the fizz goes out of GIS »
* Alex Singleton – University College London, « Virtual Geodemographics »
* Andrew Hudson-Smith, CASA, « Neogeography: Crowdsourcing and Mapping for Masses »
* Paul Longley University College London, « Geovisualisation of the 2011 UK Census. Bringing the decennial Census to the Google generation »
* Donald Cooke – Tele Atlas « Neogeography and Crowdsourcing: the View from a Walled Garden« 

Publié par Jérémie à l’adresse 03:39 0 commentaires

Libellés : Conférence, Géographie 2.0

jeudi 12 mars 2009

Un sixième sens pour 350 $

Impressionnant !

This demo — from Pattie Maes’ lab at MIT, spearheaded by Pranav Mistry — was the buzz of TED. It’s a wearable device with a projector that paves the way for profound interaction with our environment. Imagine « Minority Report » and then some.

Source : TED

Publié par Jérémie à l’adresse 06:35 0 commentaires

Libellés : Géographie 2.0, Réalité Augmentée

mercredi 11 mars 2009

L’avenir des SIG

Baliz-média revient sur une interview de Roger Tomlinson, considéré comme le père des SIG, qui parle dans un article de sa vision future des SIG.

On reprend les passages mis en ligne par Baliz pour les commenter :

« Plusieurs des tendances actuelles vont continuer. L’équipement informatique continuera a être de moins en moins cher et plus puissant. Les logiciels deviendront plus faciles à utiliser et plus robustes. J’espère que les universités continueront à étendre leur offre de cours pour répondre à la demande croissante de professionnels des SIG. La haute direction deviendra de plus en plus sensibilisée aux bénéfices qu’apporte l’usage de SIG dans leurs organisations. Nous verrons plus de pays adopter des politiques nationales, et les SIG prendront une part importance des discussions au niveau des cabinets. J’espère que les géographes de formation seront parties prenantes des processus de décision nationale. Je pense aussi que les hauts gradés militaires devront posséder une bonne connaissance des capacités et possibilités des SIG.

Je suis très positif en ce qui concerne le futur des SIG. C’est la bonne technologie au bon moment. Quand je pense aux problèmes majeurs auxquels nous faisons face dans le monde d’aujourd’hui (surpopulation, crise alimentaire, diminution de la production agricole, changements climatiques, pauvreté) sont tous des problèmes fondamentalement géographique. Ces problèmes touchent les relations de l’humain avec le territoire, et c’est là que les SIG peuvent représenter un grand apport. Les SIG représentent la technologie de notre époque et la seule en position de nous assister dans la résolution des problèmes auxquels nous faisons face. »

Ses remarques sur le futur professionnel des SIG sont tout à fait pertinentes, seulement nous pensons que l’avenir de ces derniers réside aussi dans le détournement des usages strictement professionnels. Vu la simplification de ces outils, leur piratage potentiel ou plus simplement la multiplication des versions open sources et gratuites disponibles sur le web, les SIG devraient subir une certaine démocratisation et nous devrions voir apparaitre de plus en plus de travaux amateurs concurrençant directement les SIG professionnels.

Après, est-ce que les SIG vont « sauver » le monde ? Même si ce n’est pas exactement le propos, les SIG restent de simple outils, qui certes permettront de mieux problématiser les grands défis auxquels devra faire face notre société, mais sont loin d’être la seule solution du géographe de demain.

Source : Baliz-média

Publié par Jérémie à l’adresse 02:34 0 commentaires

Libellés : Géographie 2.0

jeudi 5 mars 2009

L’ethique des géo-données (suite)

Suite à un commentaire de TerrImago sur notre précédent billet, faisant part de l’existence d’un consensus mondial sur le besoin de protection des données privées dans le cyberespace. En effet ces questions ont été abordées durant la 30ème Conférence mondiale des commissaires à la protection des données et de la vie privée. et ont débouché sur plusieurs résolutions.

Dont voici quelques extraits :

Résolution d’accréditation

Résolution sur la vie privée des enfants en ligne

– encourager l’élaboration d’approches axées sur l’éducation pour améliorer la situation liée à la protection de la vie privée en ligne, sur les plans national et international;

– s’efforcer de veiller à ce que les enfants et les jeunes du monde entier aient accès à un environnement en ligne sécuritaire qui respecte leur vie privée;

– collaborer avec des partenaires et des intervenants dans son propre pays et à l’étranger, en reconnaissant que la coopération avec les professionnels qui influencent chaque jour la vie des enfants est cruciale;

– travailler entre eux pour échanger des pratiques exemplaires et mettre en oeuvre des activités d’éducation du public afin de sensibiliser davantage les enfants et les jeunes aux risques relatifs à protection de la vie privée inhérents à leurs activités en ligne et aux choix éclairés qu’ils peuvent faire pour contrôler leurs renseignements personnels;

– encourager les éducateurs à reconnaître que la sensibilisation à la protection de la vie privée est un aspect primordial de l’éducation des enfants et qu’il faut l’intégrer à leur programme d’enseignement;

– demander que les autorités adoptent des lois limitant la collecte, l’utilisation et la communication des renseignements personnels des enfants, y compris des dispositions appropriées en cas de non-respect de ces exigences;

– exiger des restrictions appropriées en matière de collecte, d’utilisation et de communication de renseignements personnels concernant les enfants lorsqu’il s’agit de publicité en ligne ciblant les enfants ou de publicité comportementale;

– inciter les exploitants de sites Web destinés aux enfants à démontrer leur conscience sociale en adoptant des politiques de confidentialité et des accords d’utilisation clairs, simples et compréhensibles, ainsi qu’en informant les utilisateurs sur les risques relatifs à la protection de la vie privée et à la sécurité et sur les choix que leur offrent les sites Web.

Résolution visant la mise en place d’une journée ou d’une semaine internationale de la protection de la vie privée et des données personnelles

Résolution sur l’urgence de protéger la vie privée dans un monde sans frontiere et l’élaboration d’une proposition conjointe d’établissement de normes internationales sur la vie privée et la protection des données personnelles


La Conférence charge un groupe de travail, coordonné par l’autorité organisatrice de la 31e Conférence internationale et composé des autorités nationales de protection des données intéressées de rédiger et de soumettre à sa session fermée une proposition commune d’établissement de normes internationales sur la vie privée et la protection des données personnelles, selon les critères suivants :

• de recenser les principes et les droits relatifs à la protection des données à caractère personnel dans les différents environnements géographiques du monde, en faisant en particulier référence aux textes légaux ou autres qui ont rencontrés un large degré de consensus dans les forums régionaux et internationaux;

• d’élaborer un ensemble de principes et de droits qui, en reflétant et en complétant les textes existants, permet d’atteindre un degré maximum d’acceptation internationale assurant un haut niveau de protection ;

• évaluer les secteurs dans lesquels ces droits et principes sont applicables, y compris les variantes qui mettent l’accent sur l’harmonisation de leurs champs d’application ;

• définir, en tenant compte de la diversité des systèmes juridiques, les critères de base qui garantissent leur application effective ;

• examiner le rôle que doit jouer l’auto-régulation ;

• formuler des garanties essentielles pour des transferts internationaux de données meilleurs et plus souples.

Résolution sur la protection de la vie privée dans les services de réseaux sociaux

Les informations contenues dans les profils et les données de connexion sont également utilisées par des fournisseurs de services de réseaux sociaux pour envoyer des messages de marketing ciblés à leurs utilisateurs.
Il est très probable que d’autres utilisations inattendues de l’information contenue dans les profils d’utilisateur émergent à l’avenir.

Les utilisateurs devraient également respecter la vie privée des autres. Ils doivent être vigilants lorsqu’ils publient les informations personnelles d’une autre personne (y compris des photos, voire des photos « taggées ») sans son consentement.

En outre, les fournisseurs devraient assurer un paramétrage par défaut garantissant la protection des informations du profil de l’utilisateur. Le paramétrage par défaut a un rôle important dans la protection de la vie privée des utilisateurs : On sait que seule une minorité des utilisateurs s’inscrivant à un réseau social modifiera ultérieurement les données enregistrées lors de l’inscription. Ce paramétrage devrait être d’autant plus restrictif lorsque le service s’adresse aux mineurs.

Résolution concernant la création d’un Comité Directeur relatif a la représentation lors de réunions des organismes internationaux

Résolutions du groupe de travail sur le site Web

Publié par Jérémie à l’adresse 04:54 0 commentaires

Libellés : Conférence, Géographie 2.0

mercredi 4 mars 2009

L’ethique des géo-données ?

Hier après midi nous assistions au géo séminaire sur les SIG nomades organisé par le mastère SILAT de SupAgro Montpellier. Les débats sur l’utilisation et les droits des géo-données ou des traces que nous laissons dans le cyberespace, via divers terminaux, furent les plus passionnants et nous ont inspiré ces quelques lignes.

A qui appartiennent les traces que nous laissons dans le cyberespace ? Sans aucun doute aux propriétaires des serveurs qui stockent cet amas gigantesque de données. Cependant quels sont nos droits sur ces traces ?

Aujourd’hui nous laissons de plus en plus de traces de nos passages dans le cyberespace, et de plus en plus de ces traces sont géolocalisées. Nul doute que toutes ces informations sont stockées pour être analysées et ensuite revendues ou utilisés à des fins commerciales. Donc question simple : pourquoi je ne suis pas rémunéré en contre partie ?

Parce que je crois en cette nouvelle société 2.0 et open source, dans laquelle tout le monde partage ces géo-données, multipliant les canaux d’informations et garantissant une nouvelle démocratie informationnelle !

Ou parce que je ne suis pas conscient du business modèle mis en place par certaines firmes qui à travers leur image jeune, innovante, technologique surfant sur l’esprit californien de la Silicon Valley stockent des gigaoctets de données sur nos comportements cyber spatiaux, qui seront ensuite revendus aux annonceurs !

Par conséquent quel doit être le rôle de l’état ? Doit-il garantir la sécurité et le contrôle de ces informations ? Mais peut-il garantir cette sécurité alors que son autorité est limitée à un territoire national dont le cyberespace se joue depuis des décennies !
Doit-il former les usagers aux traces qu’ils laissent dans le cyberespace ?
Doit-il agir en faveur des utilisateurs et obliger les firmes qui utilisent nos traces et géo-données à nous rémunérer ? Peut être à travers des contreparties simples, comme par exemple un internet gratuit pour tous contre l’utilisation des données.

Il est important de nous poser ces questions à l’heure ou tout individu se transforme en un capteur et diffuseur mobile d’informations utilisables par l’espace, nous rapprochant d’une science fiction à la Minority Report.

Cependant ne voyez pas en ces quelques lignes une peur ou un refus du progrès technologique et scientifique, au contraire le progrès fait avancer notre société et a toujours fonctionné sur les limites et sur des prises de risque.

L’exemple des OGM reste le plus révélateur de ces débats. En effet, les scientifiques se doivent de travailler sur ces technologies, c’est l’évolution logique des choses, en revanche la manière dont certaines firmes (tel Monsanto) utilisent ces technologies est fort discutable. Car elles ne travaillent pas à l’amélioration de la condition humaine dans les régions soufrant de la faim, mais travaillent à la fidélisation et amélioration de la rentabilité commerciale des producteurs du nord.
Le progrès scientifique et technologique est nécessaire, mais il faut faire attention à son utilisation et son détournement.

PS: je tiens à féliciter les étudiants du mastère pour l’organisation de cet événement.

vendredi 29 mai 2009

La dimension spatiale des univers vidéo ludiques

Ayant quelque peu délaissé la thématique jeu vidéo dans notre thèse ce fut avec grand plaisir que nous participions hier au colloque : Construire les jeux vidéo comme objet de recherche : problématiques, enjeux et méthodes à l’Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon. Un rendez-vous fort sympathique et instructif malgré une assemblée restreinte. Notre présentation était axée sur la méthodologie de notre master II en géographie sur la dimension spatiale des univers vidéo ludiques, dont l’un des buts était aussi de montrer que les jeux vidéo ne sont pas exclusivement un sujet d’étude pour les sciences de l’info-com, de la sociologie et de la psychologie. C’est donc avec plaisir que nous partageons notre présentation et ne manquerons pas de faire part de la mise en ligne du podcast ainsi que de la publication des communications.

Dimension spatiale des univers vidéo ludiques

View more OpenOffice presentations from jeremie34.

Publié par Jérémie à l’adresse 05:23 0 commentaires

Libellés : Conférence, espace, Jeu vidéo

mardi 26 mai 2009

La réalité augmentée sur mobile

On pique les vidéos d’un article de Hebiflux sur les applications de réalité augmentée sur mobile (future étape pour la néogéographie et la géographie 2.0) , pour vous les faire partager. On commence donc avec le SREngine suivit de Enkin sur Android

Enkin from Enkin on Vimeo.

Source : Hebiflux

Publié par Jérémie à l’adresse 02:31 0 commentaires

Libellés : Géographie 2.0, Géolocalisation, Réalité Augmentée

lundi 25 mai 2009

En route pour 3 colloques

Cette fin d’année universitaire est riche en colloque, personnellement nous nous apprêtons à participer à 3 colloques :

Construire les jeux vidéo comme objet de recherche :
problématiques, enjeux et méthodes
jeudi 28 mai 2009 de 9h à 18h
Amphithéâtre de l’ENS Lettres et Sciences Humaines
Lyon, Gerland, métro Debourg, entrée libre

La journée d’étude regroupera une petite dizaine d’interventions regroupées en deux ateliers. Le matin, l’atelier « Les jeux vidéo, quels enjeux pour un nouvel objet de recherche ? » sera coordonné par Michel Lussault. L’après midi, l’atelier « Quelles approches méthodologiques des jeux vidéo ? » sera coordonné par Pierre Mercklé. Ces deux ateliers seront suivis d’une conclusion et d’une discussion finale. Le programme détaillé est attaché au message.

L’entrée à cette journée d’étude est libre et la participation aux débats est vivement encouragée.

Deuxième colloque sur les Technologies de l’Information et de la Communication en milieu urbain
3 et 4 Juin 2009
Cité des sciences et de l’industrie, Paris

Organisé par :
* Citu-Paragraphe, Université Paris 8
* FING

Nouvelles cartographies, nouvelles villes ?

Le deuxiéme colloque HyperUrbain a comme thème la « ville cartographiée ». Il entend interroger les formes émergentes d’appropriation des territoires urbains par des individus et des groupes mobilisant différentes technologies numériques, à travers des applications variées évoluant dans divers contextes sociaux. Les fictions hyperurbaines, ou exemplifications virtuelles et réalisations d’un imaginaire urbain par les nouvelles technologies, ne concernent pas seulement les ingénieurs, mais aussi des types d’innovation transversale développés dans des usages quotidiens (l’habitant de la ville) et dans les usages alternatifs (les artistes).

HyperUrbain.2 se propose d’approcher ces questions de manière pluridisciplinaire et vise explicitement le dialogue entre les disciplines techniques et les Sciences Humaines et Sociales.

http://hyperurbain.net/

Modèles d’ici et d’ailleurs : La société de l’information en ses territoires

Colloque international à Saint-Louis du Sénégal du 08 au 11 Juin 2009

Responsables scientifiques : Philippe Vidal- Université du Havre
En plus de dix années d’existence, la « société de l’information » est devenue un attribut de la mondialisation avec ses nœuds centraux, ses territoires satellites et ses zones oubliées. Elle prospère dans certains endroits mais tarde à devenir une réalité dans d’autres. Devenue un fait incontestable, elle est analysée et débattue par la communauté scientifique internationale. Parmi elle, des cercles de géographes, auxquels s’associent régulièrement les aménageurs, apportent leur contribution, souvent en se structurant en commissions académiques « société de l’information» telles celles de l’Union Géographique Internationale ou celles des USA, de la France, de l’Italie ou du Japon. Des questionnements nouveaux sur les relations que les sociétés entretiennent avec l’espace émergent, qui permettent d’approcher différemment le concept de distance, celui de la proximité, de la mobilité ou encore du territoire.

Les TIC, à la fois outils, vecteurs, et produits de la mondialisation, suscitent également des interrogations sur la justice et l’injustice sociale qu’elles génèrent parfois. Des fractures territoriales (fractures numériques) apparaissent et des programmes publics nationaux et internationaux sont engagés sur le principe de solidarité numérique afin d’amortir les effets contre-productifs de la diffusion mondiale de ces innovations.

Avec l’installation progressive (Nords) ou parfois l’irruption plus soudaine (Suds) des technologies de l’information et de la communication dans les sociétés, les échelles de raisonnement se télescopent. Entre mondialisation et localisation, distance et hyper proximité, ou au regard de l’importance croissante des réalités virtuelles, la nécessité se fait sentir de faire le point sur le bouleversement que provoquent des évolutions dont le rythme s’accélère à mesure que les TIC sont appropriées par les acteurs.

C’est dans cet esprit que ce colloque international « Modèles d’ici et d’ailleurs : La société de l’information en ses territoires » est proposé. Il ambitionne à la fois de réunir des contributions de fond sur « la géographie de la société de l’information », listées ci-dessous, et des approches plus opérationnelles sur des cas concrets illustratifs de ces mêmes phénomènes en particulier sur le continent africain. Une place sera faite aux acteurs, porteurs de projet soucieux de partager leurs résultats avec les scientifiques présents pour l’occasion. Ces porteurs de projets seront africains principalement mais la mise en dialogue pourra également se faire avec des acteurs issus d’autres régions du globe, en priorité des Suds.

L’objectif de ce croisement est de parvenir à une fécondation réciproque entre le monde de la recherche et celui de l’acteur de terrain. Il vise à mieux comprendre les ressorts sur lesquels s’appuyer pour tirer le meilleur bénéfice de ces innovations. Face à la proposition globale de la société de l’information, quelles sont les réponses locales susceptibles d’émerger ? Comment envisager la pertinence des offres en matière d’e-administration locale, de mise en ligne des données publiques des collectivités, de e-démocratie, de production de contenus territoriaux, d‘intranets locaux…? Dans quelle mesure et jusqu’à quel point ces propositions doivent-elles tenir compte du fonctionnement institutionnel, économique, culturel et identitaire des sociétés ?


http://www.geographie-tic.org/

Dah Dieng Université de Saint-louis du Sénégal

Publié par Jérémie à l’adresse 01:12 0 commentaires

Libellés : Conférence, Géographie 2.0, Jeu vidéo

lundi 18 mai 2009

Des villes françaises en 3 D

Les pages jaunes lance en beta un nouveau service « ma ville en direct » afin de créer « la nouvelle façon de se simplifier la vie au quotidien ! « 

Cette nouvelle option se décline en plusieurs volets (météo,trafic,webcams…) dont un se nommant photos/villes en 3D tout à fait remarquable. Ce dernier s’axe autour de 4 services complémentaires : les photos de votre ville (25), villes en 3D (13), ma ville en 1900 et la vue aérienne de votre ville.

Sans être hallucinante la ville en 3D est de bonne facture, le nombre de référence pour les photos de 1900 est impressionnant, les photos de votre ville sont tout simplement les prémices d’un Google Street View à la française, pour l’heure cela reste bien plus archaïque mais augure de très bonne chose, tant qu’a la vue aérienne c’est désormais du grand classique dans les processus de virtualisation de l’espace réel.

Publié par Jérémie à l’adresse 01:19 0 commentaires

Libellés : espace, Géographie 2.0, Géolocalisation, Photo

jeudi 7 mai 2009

La révolution géographique en vidéo

Voici le trailer présentant l’initiative du Geospatial révolution project, visant à montrer comment les nouveaux usages d’outils géographiques sont entrain de révolutionner notre approche de l’espace et du monde. Ce projet s’articulera autour de 8 épisodes pour former un documentaire de 60 min. Sans doute une parfaite illustration des bouleversements que vie la géographie en ce moment, une totale remise en cause des pouvoirs historiques (État, Militaires, Universitaires) dans la création et la diffusion du savoir, le passage des SIG professionnels à la néogéographie ou une géographie 2.0.

Les thèmes développés devraient être :

* A historical timeline of mapping, from ancient to modern times
* Digital mapping’s role in national issues such as defense, geointelligence, homeland security, politics and elections, law enforcement, public safety, and disaster management
* The effect of geospatial technologies on world issues such as commerce, communications, human rights monitoring, energy policy, and climate change
* The challenges of related privacy, security, and legal issues
* Geospatial technological innovations in travel, transportation, space and oceanic exploration, the workplace, treasure hunting, and entertainment
* The future of geospatial technologies in the hands of a tech-savvy public
* Questions of accessibility, public-private partnerships, and the public good

Sources : GoogleMapsMania

Publié par Jérémie à l’adresse 01:30 0 commentaires

Libellés : Géographie 2.0, Géolocalisation, Outil, Web

jeudi 29 octobre 2009

Google Maps Navigation

Comme nous le signale le blog GeoInWeb il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir débarquer le service de navigation GPS made in Google. Pour l’heure il s’agit d’une bêta réservée aux nord américains et aux possesseurs d’Android 2.0. L’application est gratuite et profite (quand elle est connectée) de tous les services et de toutes les données géolocalisées de Google : recherche vocale, recherche sur le parcours, trafic en temps réel, vue satellite, vue street view !

Maintenant il reste juste à savoir si le système sera tout aussi efficace dans un environnement non urbain ?!

Comme d’habitude chez Goolge cette annonce est accompagnée d’une vidéo de présentation faite par un membre (acteur?) de l’équipe de développement….

Source : GoogleMapsMania et GeoInWeb

Publié par Jérémie à l’adresse 04:04 0 commentaires

Libellés : appropriation, Cartographie, Google Maps, GPS, Guide, Mobilité, navigation, Outil, Street View, Trafic, ville, Visualisation

vendredi 23 octobre 2009

Nouvelle version de Google Maps (Blackberry)

Google vient d’annoncer le lancement de la version 3.2 de Google Maps mobile. Grosse innovation, l’application intègre désormais plusieurs couches d’informations selon votre localisation, comme par exemple des pages Wikipédia. Le mieux reste de regarder la vidéo de démonstration.

Pour l’heure cette version fonctionne uniquement sur Blackberry.

Source : Google Lat Long Blog

Publié par Jérémie à l’adresse 04:34 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Google Maps, Géolocalisation, Mashups, Mobilité, navigation, Outil, ubiquité, ville, Visualisation

mercredi 21 octobre 2009

Shopping sur Street View

Showstreet est un mashup néo-zélandais qui vous permet de découvrir les principales artères commerciales de Auckland, le tout via Google Street View. Pour l’heure il semble  impossible de directement choisir et d’acheter les articles, mais ce mashup annonce peut être les prémices d’un nouvel usage de Google StreetView.

Source :  Google Maps Mania

Publié par Jérémie à l’adresse 02:42 0 commentaires

Libellés : Google Maps, Mashups, ville

jeudi 15 octobre 2009

Layar disponible sur le App Store

Layar une des plus prometteuse application de réalité augmentée est disponible (selon le site officiel) pour Iphone sur le App store. Personnellement on a opté pour du windows mobile et de l’android, donc pas moyen de tester cette application pour Iphone, mais il ne fait aucun doute que les premiers retours se feront bientôt connaitre.

How do you use Layar?

By holding the phone in front of you like a camera, information is displayed on top of the camera display view.

For all points of interest which are displayed on the screen, information is shown at the bottom of the screen.

What do you see in the screen?

On top of the camera image (displaying reality) Layar adds content layers. Layers are the equivalent of webpages in normal browsers. Just like there are thousands of websites there will be thousands of layers. One can easily switch between layers by selecting another via the menu button, pressing the logobar or by swiping your finger across the screen.

Publié par Jérémie à l’adresse 01:11 0 commentaires

Libellés : Cyberespace, Géographie 2.0, Réalité Augmentée, ville, Visualisation

mercredi 14 octobre 2009

Google Building maker

C’est la nouvelle de jour, reprise par de nombreux sites et blogs à travers le web. Google lance une application qui permet de créer en ligne des bâtiments en 3D et ensuite de les soumettre afin qu’ils intègrent Google Earth. Le principe est enfantin et disponible pour deux villes françaises : Lyon et Marseille. Donc on oublie Google sketchUp et on se met à la modélisation 2.0 de la planète !

Pour plus de renseignement je vous renvoie aux billets de Google Earth Blog et de GeoInWeb ou plus simplement à la vidéo de présentation ci-dessous.

Publié par Jérémie à l’adresse 00:56 2 commentaires

Libellés : API, Google Earth, Modélisation, Visualisation, Web

vendredi 9 octobre 2009

Cartographier la grippe grâce aux requêtes dans Google

Google flu tends longtemps réservé au sol américain propose désormais un suivi mondial de la grippe. Le tout grâce aux évolutions des requêtes faites sur son moteur de recherche. Sans être parfaite, cette méthode illustre parfaitement la puissance et l’intelligence du web, aujourd’hui appelé web². En effet la multiplication des données et même des géo-données permet de faire des recoupements d’information tout à fait remarquable.

Certains termes de recherche semblent être de bons indicateurs de la propagation de la grippe. Afin de vous fournir une estimation de la propagation du virus quasiment en temps réel et à l’échelle mondiale, ce site rassemble des données relatives aux recherches lancées sur Google.

Chaque semaine, des millions d’internautes du monde entier recherchent des informations ayant trait à la santé. Naturellement, le nombre de recherches sur la grippe, sur les allergies ou sur les coups de soleil varie selon les saisons. Pour constater cette évolution par vous-même, rendez-vous sur Google Tendances des recherches. Cependant, une question se pose : est-il possible de créer un modèle précis et fiable, représentant un phénomène réel, à partir de simples tendances constatées dans les requêtes de recherche ?

D’après nos constatations, un lien semble exister entre le nombre d’internautes qui recherchent des termes liés à la grippe et le nombre de personnes présentant les symptômes de cette maladie. Bien entendu, les personnes qui recherchent le terme « grippe » ne sont pas toutes malades, mais il est possible d’établir une corrélation lorsque toutes les requêtes de recherche sont mises en parallèle. La comparaison du nombre de requêtes par rapport aux données des systèmes de surveillance conventionnels a démontré que la fréquence des requêtes augmente au moment de la saison de la grippe. Par conséquent, il est possible d’estimer la progression de la grippe dans des pays ou régions du monde en comptabilisant ces requêtes. Ces résultats ont fait l’objet d’une publication dans la revue spécialisée Nature.

Publié par Jérémie à l’adresse 02:01 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Mashups, Outil, Visualisation

lundi 5 octobre 2009

Les villes face aux défis des nouvelles cartographies numériques

Check out this SlideShare Presentation :

Loïc Haÿ : Spécialiste des services et usages des technologies de l’information, qui évolue et intervient depuis 10 ans dans le secteur public pour accompagner les collectivités locales, soutenir leurs projets, et mettre les TIC au service de leurs politiques publiques.

loichay.tumblr.com/

Les villes face aux défis des nouvelles cartographies numériques

View more presentations from Loïc Haÿ.

Publié par Jérémie à l’adresse 02:51 0 commentaires

jeudi 1 octobre 2009

La Terre vue du Web

Aura lieu le mercredi 7 octobre à la Cantine une conférence débat sur des thématiques qui nous sont chères. On y parlera usage des TICs et espace géographique, avec un débat récurrent chez nous autres les géographes : Le territoire devient une carte à l’échelle 1:1. La carte devient le territoire.

La thématique de la neogeography (sans être citée) et donc d’une « géographie amateur » sera elle aussi abordée : De nouveaux acteurs, le citoyen, les politiques locaux, les ONG, les PME, … ont un accès aux données locales ce qui leur permet une meilleure appropriation de l’espace géographique (eg certaines régions du monde ont leur 1ères cartes non-militaires grâce à open street map). La décentralisation et la dé-hiérarchisation des moyens de (tele)-communications modifient la géographie du pouvoir : peuvent-elle favoriser l’organisation d’une vie culturelle et économique locale tout en donnant un meilleur accès au centre ? En quoi est-ce que les pratiques de la discipline «Géographie» s’en voit changées ?

Nous ne pourrons malheureusement pas assister à ce débat, pourtant axé sur nos problématiques de thèse. Néanmoins nous espérons obtenir un compte rendu de cette conférence afin d’en faire un futur billet.

Conférence-Débat le mercredi 7 octobre 2009, 18h-20h
Lieu: La Cantine. 151 rue Montmartre, Passage des Panoramas, Paris 2e. Plan d’accès
Intervenants:

* Denise Pumain, géographe, Professeur a Paris I Panthéon Sorbonne, directrice et fondatrice de Cybergeo, European Journal of Geography depuis 1996 , co-directrice de l’Espace Géographique, directrice du Groupe de Recherches Européen “S4” (European Spatial Simulation for Social Sciences)
* Fabien Girardin, ingénieur et docteur en informatique et communications numériques, il a récemment co-fondé Lift lab, une agence de recherche dans le cadre duquel il mène des études sur la co-évolution des technologies mobiles avec les pratiques humaines dans le contexte urbain.

Résumé:

L’essor des technologies de l’information, de communication et de géolocalisation transforme le rapport de l’homme à l’espace géographique. En effet, le territoire est de plus en plus chargé d’informations géolocalisées, et la carte qui représente ce territoire s’enrichit et s’actualise en temps réel. Le territoire devient une carte à l’échelle 1:1. La carte devient le territoire. Cette capture à l’échelle du monde physique est augmentée par des couches d’informations invisibles fournies par de nouvelles sources de données: de l’imagerie spatiale infrarouges aux millions de capteurs géolocalisés que sont les téléphones portables, les caméras de surveillance, les capteurs météo, etc… La richesse et la résolution temporelle et spatiale des données numériques a cru de plusieurs ordres de grandeur et leur accumulation permet maintenant de révéler l’évolution dans le temps de phénomènes sociaux, environnementaux, économiques (ancrés dans l’espace).

Comme l’accès à ses nouvelles ‘informations géographiques devient universel, l’expérience de chaque individu et acteur avec son environnement s’en trouve changée. Autrefois réservé à l’État et aux grandes entreprises, l’accès aux cartes, aux photos aériennes, aux statistiques est maintenant ouvert à tous. Des plus la communication des ces informations géographiques ne passent plus par des organes officielles, comme par exemple la contribution du public à la constitution des données géographiques, dessin et annotations de cartes, recueil de données géolocalisées (photos, article de wikipedia sur des lieux…), blogs de voyage, etc… De nouveaux acteurs, le citoyen, les politiques locaux, les ONG, les PME, … ont un accès aux données locales ce qui leur permet une meilleure appropriation de l’espace géographique (eg certaines régions du monde ont leur 1ères cartes non-militaires grâce à open street map). La décentralisation et la dé-hiérarchisation des moyens de (tele)-communications modifient la géographie du pouvoir : peuvent-elle favoriser l’organisation d’une vie culturelle et économique locale tout en donnant un meilleur accès au centre ? En quoi est-ce que les pratiques de la discipline «Géographie» s’en voit changées? Et les autres disciplines qui touchent aux caractères physique du monde et à l’activité humaine (par exemple l’architecture, la planification urbaine, …) ?

Source : Approches Interdisciplinaires du Web

Publié par Jérémie à l’adresse 06:07 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Conférence, Cyberespace, Géographie 2.0, Web

lundi 31 août 2009

Navigation augmentée : Wikitude Drive

Les gars de chez Mobilizy ont expérimenté tout l’été une application de navigation augmentée pour Android. Résultat : Wikitude Drive semble être la première application de ce genre fonctionnelle, qui en plus devrait être disponible sous peu selon leurs créateurs.

Wikitude Drive boasts the following features:

* * Mobile AR navigation, similar to a heads up display (HUD);
* * Fully functional, map-less navigation;
* * POI 2 POI navigation;
* * Integrated voice commands (additional text-to-speech engine required);
* * World wide navigational data which is accessed in real-time from the internet;
o (a mobile internet connection is necessary to access data while in motion)
* * Peer-to-peer navigational functions
o Social navigational features will be implemented in future releases
* * Interfaces with existing navigational APIs (for example: NavTeq, Map24, TeleAtlas)
* * Launching for Android and iPhone soon.

Source : Mobilizy et edparsons.com

Publié par Jérémie à l’adresse 01:36 0 commentaires

Libellés : Géographie 2.0, Géolocalisation, Réalité Augmentée

mardi 25 août 2009

Métro Paris 3.0 intègre de la réalité augmentée

Le blog GeoInWeb nous fait découvrir la dernière version de l’application Métro Paris pour Iphone. Cette application (RAPT) est une aide à la navigation dans la capitale, intégrant entre autre le plan du métro parisien.

Cette dernière version offre de nouvelles options dont une fonctionnalité de réalité augmentée.

Donc rien de mieux qu’une petite vidéo de démonstration pour illustrer le tout :

Source GeoInWeb

Publié par Jérémie à l’adresse 01:17 1 commentaires

Libellés : Guide, Géographie 2.0, Géolocalisation, navigation, Réalité Augmentée

mercredi 19 août 2009

Ludovia 2009

Débute mardi prochain (25 aout) à Ax-Les-Thermes, l’université d’été de l’e-Education et Applications Multimédia Ludiques & Pédagogiques, qui mélange professionnels et scientifiques. C’est un rendez-vous fort sympathique auquel nous participions l’année dernière et auquel nous participons cette année par procuration, avec une communication intitulée : Retrouver son chemin au cimetière du Père-Lachaise : la prise d’information spatiale (Fanny GEORGES, Yasmine BOUMENIR, Jérémie VALENTIN, Birgitta DRESP-LANGLEY)

Cette année encore le programme est dense et très varié, donc voici un résumé :

Les moments forts de Ludovia en 2009

– Mardi 25 août : permettra à la 5ème édition du colloque scientifique Ludovia de démarrer ses travaux : une trentaine de communications scientifiques sont attendues comme chaque année
– Cette première journée permettra également au Groupe ENT National piloté par la Caisse des Dépôts et la SDTICE et à d’autres réseaux (CNDP, ADF,..) de se retrouver pour des réunions de travail annuelles (projets en cours, perspectives et prospectives,…)
– une réunion exceptionnelle est également prévue sur le collège du XXIème siècles ou les DSI et responsables éducation des départements de France sont conviés

– Mercredi 26 août : Journée inaugurale avec notamment une Table Ronde sur “La nature des partenariats entre l’Etat et les collectivités locales dans le domaine de l’éducation numérique”, avec une forte participation des établissements de Midi-Pyrénées en phase de généralisation de l’ENT dans le secondaire.

– Jeudi 27 août : Invitation de l’Inspecteur d’Académie de l’Ariège et du président du Conseil Général inviteront plus de 150 directeur d’écoles primaires et Maires et conseillers municipaux en charge des affaires scolaires. Cette journée permettra notamment de mettre l’accent sur la coopération entre les Côtes d’Armor et l’Ariège dans le domaine de la e-education.

– Vendredi 28 août : Ludovia mettra l’accent sur l’utilisation des jeux vidéo et des applications Multimédia dans le domaine de la santé, du vieillissement ; de la prévention à la rééducation. Cette journée est en préparation en partenariat avec le Pôle Cancer Bio-Santé de Midi-Pyrénées

Eric Fourcaud

Chef de projet Ludovia 2009

Le programme scientifique

Bon colloque à tous

Publié par Jérémie à l’adresse 02:30 0 commentaires

Libellés : Conférence, Cyberespace, Géolocalisation, Web

lundi 17 août 2009

De la lecture néogéographique

Nous revoilà de retour aux affaires ! Après plusieurs semaines de coupure numérique, nous nous replongeons dans le recherche…

Première étape : lecture des mails…

Deuxième étape : rapide coup d’œil sur google reader et utilisation abusée de l’option marquer comme lu…

Dernière étape : penser à écrire une thèse…

Pour cela rien de mieux qu’un peu de lecture. Voilà deux nouvelles publications intéressantes.

La première éditée par Martin Dodge, Rob Kitchin and Chris Perkins sur le renouveau de la cartographie (Rethinking Maps: New Frontiers in Cartographic Theory)

Its taken a while as it started life as a session at the RGS-IBG conference in August 2006.The book contains 12 original chapters. Unfortunately, it is only published in hardback and is tad expensive. Also, the cover is rather bland; Routledge would not use our nice design idea of a blank map.

1. Thinking about Maps
By Rob Kitchin, Chris Perkins and Martin Dodge
2. Rethinking Maps and Identity: Choropleths, Clines and Biopolitics
By Jeremy W. Crampton
3. Rethinking Maps from a more-than-human Perspective: Nature-society, Mapping, and Conservation Territories
By Leila Harris and Helen Hazen
4. Web mapping 2.0
By Georg Gartner
5. Modelling the Earth: A Short History
By Michael F. Goodchild
6. theirwork: the Development of Sustainable Mapping
By Dominica Williamson and Emmet Connolly
7. Cartographic Representation and the Construction of Lived Worlds: Understanding Cartographic Practice as Embodied Knowledge
By Amy Propen
8. The 39 Steps and the Mental Map of Classical Cinema
By Tom Conley
9. The Emotional Life of Maps and Other Visual Geographies
By Jim Craine and Stuart Aitken
10. Playing with Maps
By Chris Perkins
11. Ce n.est pas le Monde [This is not the world]
By John Krygier and Denis Wood
12. Mapping Modes, Methods and Moments: A Manifesto for Map Studies

By Martin Dodge, Chris Perkins and Rob Kitchin
Et une seconde sous forme de numéro spécial du Journal of Location Based Services sur la néogéographie.

Journal of Location Based Services, 1748-9733, Volume 3, Issue 2, First published 01 June 2009.

Trois articles sont à retenir.

Le premier de Michael Goodchild, intitulé NeoGeography and the nature of geographic expertise.

NeoGeography has been defined as a blurring of the distinctions between producer, communicator and consumer of geographic information. The relationship between professional and amateur varies across disciplines. The subject matter of geography is familiar to everyone, and the acquisition and compilation of geographic data have become vastly easier as technology has advanced. The authority of traditional mapping agencies can be attributed to their specifications, production mechanisms and programs for quality control. Very different mechanisms work to ensure the quality of data volunteered by amateurs. Academic geographers are concerned with the extraction of knowledge from geographic data using a combination of analytic tools and accumulated theory. The definition of NeoGeography implies a misunderstanding of this role of the professional, but English lacks a basis for a better term. « 

Le second de Marcus Foth intitulé The Second Life of urban planning? Using NeoGeography tools for community engagement

« The majority of the world’s citizens now live in cities. Although urban planning can thus be thought of as a field with significant ramifications on the human condition, many practitioners feel that it has reached the crossroads in thought leadership between traditional practice and a new, more participatory and open approach. Conventional ways to engage people in participatory planning exercises are limited in reach and scope. At the same time, socio-cultural trends and technology innovation offer opportunities to re-think the status quo in urban planning. NeoGeography introduces tools and services that allow non-geographers to use advanced geographical information systems. Similarly, is there a potential for the emergence of a neo-planning paradigm in which urban planning is carried out through active civic engagement aided by Web 2.0 and new media technologies thus redefining the role of practicing planners? This paper traces a number of evolving links between urban planning, NeoGeography and information and communication technology. Two significant trends – participation and visualisation – with direct implications for urban planning are discussed. Combining advanced participation and visualisation features, the popular virtual reality environment Second Life is then introduced as a test bed to explore a planning workshop and an integrated software event framework to assist narrative generation. We discuss an approach to harness and analyse narratives using virtual reality logging to make transparent how users understand and interpret proposed urban designs ».

Et enfin un dernier écrit collectivement par Andrew Hudson-Smith, Andrew Crooks, Maurizio Gibin, Richard Milton, Michael Batty et intitulé NeoGeography and Web 2.0: concepts, tools and applications

We explore the concepts and applications of Web 2.0 through the new media of NeoGeography and its impact on how we collect, interact and search for spatial information. We argue that location and space are becoming increasingly important in the information technology revolution. To this end, we present a series of software tools which we have designed to facilitate the non-expert user to develop online visualisations which are essentially map-based. These are based on Google Map Creator, which can produce any number of thematic maps which can be overlaid on Google Maps. We then introduce MapTube, a technology to generate an archive of shared maps, before introducing Google Earth Creator, Image Cutter and PhotoOverlay Creator. All these tools allow users to display and share information over the web. Finally, we present how Second Life has the potential to combine all aspects of Web 2.0, visualisation and NeoGeography in a single multi-user three-dimensional collaborative environment.

Source : Cyber Badger et Digital Urban

Publié par Jérémie à l’adresse 02:15 0 commentaires

Libellés : Cartographie, Cyberespace, Géographie 2.0, Web

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :